Uncategorized

Raciste et Fier de L’être

Le racisme au berceau

Aucun être humain ne naît raciste, non, mais il y a divers facteurs qui mènent à cette catastrophe, dont le plus probable est l’éducation des parents. Observez les enfants, lorsqu’ils jouent entre eux, ils font complètement abstraction de la couleur de peau de leur camarade. La seule chose qu’ils voient, c’est des copains comme eux, avec qui, ils partagent des bons moments. Et quelle belle démonstration de tolérance et de savoir vivre-ensemble, nous donnent ces enfants, à nous les adultes qui sommes censés les éduquer. Le monde à l’envers…

L’enfant est donc, en lieu premier, influencé par ses parents. Et si ces derniers sont racistes, ils vont éduquer leur enfant selon leur vision du monde, et inéluctablement, ce dernier partagera leur opinion et grandira en suivant cette même vision erronée sur la société dans laquelle il vit. Souvent, ces mêmes parents, ont eux aussi, subi une éducation identique de leur parent. C’est une véritable spirale, une chaîne qui ne fait qu’accroitre, de génération en génération.

Fort heureusement, il arrive dans certains cas, que l’enfant grandit et ne suit plus la même direction que ses parents racistes. Et ce, à travers son expérience personnelle, où la personne se rend compte d’elle même, que le racisme est aussi ridicule qu’infondé. Et c’est un succès à saluer, car ce jeune va briser cette chaîne d’éducation basée sur la sottise, dont il se désavoue totalement. Malheureusement, ce cas est minoritaire. D’où la nécessité, pour les parents et éducateurs, de faire le travail en amont, afin que l’enfant grandisse, en ayant une base saine et riche concernant les différences sociales et culturelles.

 

Le Racisme Décomplexé

On remarque, d’une manière inquiétante, que le racisme s’est complètement décomplexé, depuis quelques années. Il est important de souligner que les réseaux sociaux sont un outils très prisés par ces extrémistes. Il faut savoir que le raciste est de nature lâche et hypocrite. Prenons l’exemple des votes lors des élections présidentielles. Il est très rare de trouver une personne qui vote l’extreme droite, puis l’assumer en public. Cet électeur a besoin, d’être isolé, pour pouvoir, mettre son bulletin de vote dans l’urne, en donnant son vote pour un parti extrémiste, sachant que personne ne saura son choix. Et une fois chez le boulanger ou en discussion avec son collègue de travail, il va faire l’étonné et peut-être même insulter le parti extreme pour lequel il a voté. Vous ne verrez que très peu de personnes assumer totalement leurs votes extrémiste. Sauf, s’ils se retrouvent en famille ou en petite comité, partageant les mêmes opinions.

Avec les réseaux sociaux, le raciste se sent en confiance, car il est derrière son clavier et peut même, mettre une fausse identité, pour venir cracher son venin dans les commentaires. Il retrouve ce même procédé, lorsqu’il va voter, et se sent à l’abri des regards. Les réseaux facilitent le regroupement et les partages des idées de ces personnes, faibles d’esprit, et leur donne une illusion de force et d’entraide dans la transgression. Les racistes pensent que la majorité des humains dans le monde, partage leur vision. Et en voyant défiler des vidéos de propagande extrémiste, Ils ne se sentent plus seuls.

Vous avez, peut-être, déjà remarqué les commentaires racistes sur les réseaux sociaux, qui fleurissent comme des champignons, ces derniers temps. Prenons l’exemple, de l’affaire Georges Floyd, qui a été assassiné en direct par un policier américain. La vidéo a fait le tour du monde, et il n’y a aucun doute sur la culpabilité du policier qui a placé son genou pendant plus de huit minutes, sur le coup de sa victime. Malgré cela, les racistes derrière leur clavier, ont fait preuves de commentaires, les plus farfelues les unes que les autres. On peut y lire par exemple :  » On s’en fiche de ce qui se passe ailleurs, occupons-nous plutôt de ce qui se passe en France… » Ce genre de commentaire fait froid dans le dos.

Analysons, à présent, ce commentaire, car la parole d’une personne, nous en dit long sur que celle-ci a sur le coeur. Tout d’abord, le commentateur ne condamne en aucun cas cette barbarie, mais en plus, elle vient nous expliquer que nous ne devrions pas y porter attention, car la tragédie n’a pas eu lieu sur le territoire français. Comme si les cœurs étaient limités aux frontières des pays et qu’ils étaient totalement indifférent lorsque des atrocités ne sont pas produites dans notre pays. En vérité, ça démontre plutôt l’état psychologique du raciste. Ce commentateur, est touché par le racisme et ne s’en rend même pas compte. Et tente de justifier son extrémisme par la différence de pays. Mais ce dont il est question, c’est plutôt la différence de couleur de peau, que l’auteur tente de masquer, en disant que l’évènement ne se passe pas en France. Ce dégénéré tente de justifier ce meurtre, tout simplement, car il a de la haine envers les gens de couleur.  Comme je l’ai déjà cité un peu plus haut, on retrouve deux caractéristique chez le raciste : la lâcheté et l’hypocrisie.

 

Quelques exemples concrets de phénomène médiatique

A présent, analysons la déclaration d’une jeune femme politique de l’extreme droite, qui, suite à la mort de Georges Floyd, a déclaré :  » Je n’ai pas à m’excuser en tant que blanche ». Mais personne ne demande aux blancs de s’excuser pour un crime dont ils sont totalement innocent, et dont la grande majorité condamne fermement, comme n’importe quel être humain normalement constitué. L’une des techniques de personne raciste est de faire diversion sur un sujet afin qu’il ne puisse y répondre sincèrement. Cette bifurcation amène deux avantages à son auteur. D’une part, le sujet principal est détourné, ce qui arrange cette élue, étant donné qu’elle ne veut pas condamné ce meurtre. D’autre part, elle étouffe le vrai problème en mettant sur la table, une de ses idées racistes dont elle veut que les médias relayent. J’ajouterai que c’est une aubaine, pour cette potentielle future candidate de l’extreme droite de faire le « buzz » à quelques mois des élections présidentielles.

Prenons un deuxième type de commentaire raciste que l’on retrouve souvent dans les réseaux sociaux. Il s’agit de la comparaison des victimes selon couleur de peau, faites par le raciste, ce que l’on peut communément appeler  » deux poids deux mesures ». Les racistes en sont particulièrement friands. Mettre en opposition deux victimes selon leur couleur de peau, origine ou religion, les extrémistes excellent dans le domaine. Il n’y a qu’à observer leurs réactions face au drame du jeune homme Adama Traoré. Les commentaires vont bon train. Ils y a celui qui va écrire en commentaire : « on s’en fiche ». Il s’en fiche tellement qu’il va quand même prendre le temps d’écrire son commentaire. Hypocrisie quand tu nous tient. Ce que veut, en fait, dire ce raciste, c’est plutôt :  » la victime est noire, ce n’est pas la peine de s’y attarder ». Mais comme ce commentateur raciste est lâche et hypocrite, il ne va pas oser écrire ceci, malgré qu’il le pense au plus profond de lui. Par contre, Si la victime est de la même couleur que lui, on va le voir protester et s’indigner, en réclamant que justice soit faite. Et les exemples sont nombreux pour tous les citer ici.

 

Le Déni du Racisme

Autre phénomène de société que l’on vit actuellement est le fait de refuser d’admettre que des personnes sont victimes de racisme. On a beaucoup remarqué que le déni du racisme est présent principalement sur les plateaux de télévision ainsi que les réseaux sociaux. Ces racistes ont l’audace d’affirmer haut et fort, lorsqu’ils sont en face d’une victime ou d’un sujet sur le racisme, que ce n’est pas du racisme.

La personne qui a subie une discrimination raciste vient leur expliquer son expérience douloureuse qu’elle subie, afin de faire avancer le débat et de faire prendre conscience de cette situation plus qu’alarmante. Et on a en face de cette victime, une personne qui lui explique tranquillement installé sur sa chaise, qu’il faut arrêter de se victimiser et que son témoignage ne relève pas du racisme.

Vous pouvez imaginer la frustration et le profond désarroi que peut ressentir la victime ainsi que toutes les personnes qui sont témoin de cette violence verbale, à peine croyable. C’est comme si une femme ou un homme qui a subie un viol, et qui vient témoigner, mais qu’on lui rétorque :  » arrêtes de te victimiser, ce n’est pas un viol que tu as subie ». C’est exactement la même chose. En vérité, la personne qui tient de telles propos est tout simplement raciste, et veut par ces paroles, rendre ce crime banal, et par la même occasion, apporter du soutient à ces collègues extrémistes. Comment peut-on donner son avis et vouloir l’imposer face à quelqu’un vit peut-être ces injustices tous les jours? 

 

Le Racisme motivé par la jalousie

Beaucoup de raciste ne le sont que par jalousie. Dans beaucoup de cas, le seul reproche que fait le raciste face à sa victime, est d’avoir une couleur de peau, origine ou de religion différente que lui, et être mieux loti que lui. La personne raciste ne supporte pas de voir que sa victime soit mieux placé que lui dans la société. On peut citer en exemple, pour illustrer cette thèse, une des phrases préférée de ces abrutis, lorsque ils rencontrent une personne issue de l’immigration, qui a un meilleur rang social que lui, tenir ces propos : « comment se fait-il que cette personne ait une meilleure situation que moi alors que c’est un étranger ». Et pour se soulager de cette frustration, le raciste va taxer cette personne de dealer de drogue ou autre activité illicite.

Et il ne fait aucun doute que le raciste se pense supérieur à toute la population de la terre. Mais lorsqu’il est face à ce type de cas que nous venons d’énumérer, il se rend compte de sa sottise. Mais au lieu de se remettre en question et de tirer profit de cette leçon, il va plutôt refuser la vérité, qui lui fait bien trop mal intérieurement. Le raciste n’accepte pas que la personne différente de lui puisse avoir une meilleure voiture, logement, salaire, emploi et autres biens matériels. Et donc, cet être stupide et complexé, va transformer son problème psychologique en haine raciale.

 

Tribune médiatique pour les « vendus« 

Vous remarquerez que chaque fois que le sujet du racisme occupe le devant de la scène, quelques médias vont inviter une personne de la même couleur, origine ou religion, afin de contrer le mouvement, de l’intérieur. Ce « vendu » agit un peu comme un infiltré, et son témoignage est très précieux pour les extrémistes, car, ils peuvent ainsi, décrédibiliser toute action, visant à dénoncer la discrimination raciale.

Ce procédé vicieux et persuasif, permet au raciste de dire à la communauté plaignante que d’une part, ce n’est pas un problème de racisme puisque ce « vendu » qui est de la même origine, couleur ou religion que vous, dit exactement le contraire de ce que vous dénoncez. Et d’autre part, ce témoignage « acheté » va permettre au raciste de retourner la situation, puisque non seulement ce « vendu » va nier les accusations, et aura même l’audace de faire passer la victime en agresseur et vice versa.

Vous l’aurez compris, cette action est doublement bénéfique pour le haineux et doublement pénible pour les victimes. Ce qui pousse ce « vendu » à se trahir et ainsi causer des troubles pour une cause juste, c’est l’appât du gain. On lui fait miroiter une belle vie dans l’aisance et la popularité, dont les portes du show-biz lui seront grandes ouvertes, et tous les privilèges qui vont avec. Et dans d’autres cas, le « vendu » a des « casseroles » sur le dos comme des dettes, crimes ou autres affaires judiciaires qu’il aimerait tant voir disparaître de son dossier et être dispensé de devoir à en répondre. Ou parfois, c’est juste que ce dernier souhaite obtenir un bon poste dans les médias ou faire le « buzz » sur les réseaux sociaux afin d’arriver à ses fins.

 

Hypocrisie sur la place médiatique

Il y a un animateur et chroniqueur français, aux idées très extrémistes, qui a été condamné deux fois par la justice pour provocation à la haine raciale. Ce polémiste évoque souvent la théorie du grand remplacement, cherchant ainsi la sympathie des extrémistes et à provoquer une guerre civile. Et ce qui est étonnant, c’est qu’on peut encore le voir continuer de vomir sa haine à travers les chaînes de télévisions, pendant les heures de grandes écoutes. On se croirait dans une fiction, ou à un cauchemar dont on est pressé de se réveillé, mais non, ce spectacle ahurissant est bel et bien réel.

Au lieu de le boycotter et de l’interdir des médias, les chaînes de télévision et les producteurs lui donnent cette grande fenêtre à travers laquelle, ce polémiste promulgue ses idées radicales.Il faut savoir que ce malade mental a une grande influence sur les extrémistes et les gens fragiles psychologiquement. Ces irresponsables intermittents du spectacle qui lui font tapis rouge sur l’espace publique, sous prétexte qu’il a un public, sont tout simplement complices des crimes perpétrés, suites aux idées nauséabondes de cet animateur.

On rappelle que l’auteur de l’attaque de la mosquée de Bayonne, Claude Sinké, ayant entrainé deux blessés, avait partagé sur les réseaux sociaux, son admiration pour ce piètre personnage qu’on veut nous imposer sur les chaînes de télévision. et cela ne s’arrête pas là, puisqu’un terroriste du nom de Brenton Tarrant, au 15 mars 2019, a attaqué deux mosquées en Nouvelle-Zélande, causant ainsi, 51 morts et 49 blessés. Ce dernier s’était rendu en Europe et à été inspiré par la théorie du grand remplacement, avant de procéder à son plan diabolique. Voici l’exemple du racisme devenu banal, et ses conséquences désastreuses, peuvent aller très loin dans la violence et le terrorisme.

Et à propos des matchs de football, pourquoi est-ce qu’il n’y a pas de réelles mesures de sanctions lorsque les supporters font des cris de singe ou se mettent à jeter des bananes, à l’encontre des joueurs de couleur? Surtout que, de nos jours, il y a énormément de caméras qui filment tous les coins du stade. Ce n’est donc pas par faute de moyen, puisque ces racistes sont connus et identifiés par la surveillance vidéo, mais c’est plutôt par manque de volonté. On préfère fermer les yeux et parler de la pluie et du beau temps.

Le célèbre joueur de football international Mario Balotelli, qui joue en Italie, est souvent victime de racisme lors de match. On peut, souvent, le voir en pleurs suite aux attaques raciste faites à son encontre. Et tout humain, normalement constitué, ne peut rester indifférent face à cette injustice. A travers les images, on peut facilement ressentir la grande peine et le désarroi que ressent ce joueur. Et des cas comme lui, il y en a, malheureusement, des milliers…

 Côté spectacle, nous avons l’humoriste français Donel Jack’sman, qui a aussi fait les frais, lors de son one-man-show sur scène, à Nice. Alors que celui-ci donnait son spectacle en direct, une personne, dans la salle lui crie   » sale noir ». Choqué, Donel Jack’sman lui rétorque « pardon » deux fois de suite, et à chaque fois, le haineux lui répète la même chose. Le racisme est tellement devenu banal, qu’il ne s’écoule pas une journée, sans une nouvelle affaire.

 

L’Influence politique

Nul doute que les extrémistes affichent leur haine lorsque leur gouverneur partagent les mêmes idées qu’eux. Ils vont même jusqu’à penser que le racisme est un droit fondamental de leur pays, puisque le président lui-même, le montre en public. D’où l’importance pour eux, de donner leurs votes, pour les parties extrémistes, afin de se sentir épaulés et soutenus par ces hommes et femmes politiques. Le gouverneur d’un pays est à l’image du peuple qui le compose. 

Néanmoins, on peut constater, qu’il existe des hommes et femmes politiques, qui disent « non au racisme et à la discrimination ». Ces derniers oeuvrent autant qu’ils le peuvent, afin de combattre et d’éradiquer ce phénomène destructeur de nos sociétés. Et c’est ce qu’a démontrée, la première ministre de la Nouvelle-Zélande, Jacinda Ardern, lors de l’attaque des mosquées, par le terroriste Brenton Tarrant. Elle a su gérer cette crise, et a ainsi, montré au monde entier, la fermeté et la condamnation face à l’extrémisme. On espère que les autres pays prendront exemple pour éradiquer ce poison, qu’est le racisme et la discrimination.

 

 

 

 

 

 

 

Auteur

support@2poids2mesures.com

Laisser un commentaire